Peut-on gagner la guerre des trolls ?


Pourquoi écrit-on? Pour être lu. Si j’écris ici, là ou ailleurs, c’est avant tout pour que vous me lisiez. C’est ce que vous faites si vos yeux sont arrivés jusqu’ici, merci. Éventuellement, j’écris pour que vous vous amusiez. Accessoirement pour que vous réfléchissiez.

Parfois pour vous faire rêver ou vous étonner. Des fois pour la musique des mots et le plaisir des doubles sens. Mais jamais jamais jamais on n’écrit pour se faire haïr, encore moins se faire agresser.

Que cherchent les trolls?

Et vous, chers trolls? Pourquoi écrivez-vous? Quel but poursuivez-vous quand vous commentez fielleusement des textes? Que souhaitez-vous quand vous prenez le temps de noircir de vos réflexions la section commentaires des blogues qui vous sont offerts gratuitement?
Tous les auteurs sont ravis quand leurs propos suscitent des réactions. Pour ma part, je m’étonne chaque fois que des gens prennent du temps pour apporter leur contribution à des sujets comme l’avenir de la planète, le temps qu’il fait, la circulation automobile, les vapeurs de gaz de schiste, le capitalisme sauvage, l’apathie des politiques, l’appétit des riches, l’extrémisme verbal, la corruption, la collusion, la constitution, la vie, l’amour, la mort…

Comment taire les commentaires?

Lorsque j’écrivais pour Branchez-vous!, Urbania ou le Huffington Post, j’ai eu beaucoup de commentaires constructifs, éclairés, posés. Mais j’ai aussi mon lot de menaces et d’injures de tout acabit. Ça m’a déstabilisé. Ça m’a fait de la peine. Ça m’a même parfois fait peur.

Chers trolls, le monde qui vous entoure vous allume. La vie vous fait réfléchir. Et vous avez envie de l’écrire tout haut. Votre spontanéité vous honore. Des fois votre pensée dépasse cependant la bienséance qu’on appelle à notre époque la nétiquette. Faire taire les fâcheux à qui on offre un espace gratuit pour qu’ils s’expriment, ce n’est pas les censurer. C’est respecter ceux qui viennent sur les blogues pour le plaisir de lire.

Comment gérer les trolls?

  1. Des règles à respecter

Vous devriez établir dans votre politique éditoriale des limites à ne pas dépasser. Celles-ci balisent les commentaires et vous donnent la légitimité d’éliminer les déviants,

  1. Gardez votre calme

Le troll qui blesse ou qui détruit une réputation est sans doute perdu dans la masse de commentaires.  Ne lui donnez pas plus d’importance qu’il n’en a. Il cherche une tribune, ne jouez pas son jeu. L’ignorer, c’est le tuer à petit feu.

  1. Répliquez avec modération

Si le troll ment, donnez la vraie version. S’il vous attaque en lançant des rumeurs douteuses, soyez transparent et rétablissez les faits calmement.

  1. Soyez créatif

Le troll se prend au sérieux. Il s’attend à ce que son commentaire vous fasse grimper aux rideaux. Faire preuve d’humour et de créativité en lui répondant risque de le déstabiliser. Il n’aime pas passer pour un con.

  1. Supprimez les importuns

Vous avez droit de vie et de mort sur les trolls. Vous pouvez les effacer en respectant les règles que vous établies au point numéro 1. Attention de ne pas passer pour un censeur.

  1. Comptez sur votre communauté

Vos fans, vos clients, vos amis savent qui vous êtes. Laissez-leur le temps de répondre à l’impudent. Vos ambassadeurs sont vos meilleurs défenseurs.

  1. Reconnaissez vos erreurs

Quelqu’un qui souligne un manquement, une faute ou un problème réel n’est pas un troll. Remerciez ceux qui vous aident à vous améliorer.

Laisser un commentaire