Contenu: coupez dans le gras!

Le plus grand défaut des rédacteurs, que ce soit en marketing de contenu ou en publicité traditionnelle, c’est de vouloir en mettre trop. Dans les ateliers et les conférences d’écriture que je donne, je répète sans cesse la même chose : coupez!

Les gens n’ont plus le temps de vivre. Alors imaginez s’ils ont le temps de lire!

«Le travail du rédacteur de contenu de marque est de rédiger et de produire du contenu afin de le rendre accessible et compréhensible à celles et ceux qui le lisent.» Déjà, dans cette phrase, il y a trop de mots et des mots en trop. Pourtant tout est dit et se comprend. Un comité aurait pu se pencher sur cette phrase et en valider officiellement chaque détail. Mais ce n’est pas une phrase efficace. Le lecteur s’y perd avant d’arriver au bout. Le message est dilué dans la loghorrée de son auteur (un rédacteur sensible à ses lecteurs aurait plutôt écrit «dilué dans la masse de mots» afin d’être compris du plus grand nombre).

 Comment faire pour améliorer votre texte ?

Le truc se résume en un mot: couper! Couper les mots inutiles et les redondances, regrouper les éléments, inverser l’ordre des choses pour que tout se tienne dans une phrase, sujet/verbe/complément. On ne fait ni du Balzac ni du Proust, on ne fait pas de la littérature ou de la poésie. On fait du marketing de contenu. Dans un bon texte de marque, il ne devrait y avoir qu’une seule idée par phrase.

Que pourrait alors donner la phrase «Le travail du rédacteur de contenu de marque est de rédiger et de produire du contenu afin de le rendre accessible et compréhensible à celles et ceux qui le lisent» si nous appliquions cette méthode ?

«Les créateurs ont pour mission de communiquer clairement le contenu de marque. »

Je n’en dirai pas plus. Vous risqueriez de me demander de couper.

Laisser un commentaire