La vie avant tout

Nous venons de perdre coup sur coup plusieurs personnes qui nous ont touchés, qui nous ont marqués et qui ont influencé nos vies. Steve Jobs, bien sûr. Jack Layton, aussi. Gil Courtemanche, moins connu mais pas moins inspirant. Peut-être un proche. Un ami. Un voisin. Leurs disparitions nous ramènent chaque fois à l’essentiel : la vie. Et en nous quittant, ces morts nous inspirent.

Jack Layton a laissé un message émouvant que chacun devrait garder dans la mémoire, s’il en a, ou inscrire sur un petit bout de papier glissé dans son portefeuille s’il en manque. Je vous remets ici sa conclusion et vous invite à prendre le temps de la relire calmement.

«Mes amis, l’amour est cent fois meilleur que la haine. L’espoir est meilleur que la peur. L’optimisme est meilleur que le désespoir. Alors aimons, gardons espoir et restons optimistes. Et nous changerons le monde.»

Steve Jobs, se sachant lui aussi atteint d’un mal qui le rongeait de l’intérieur, a lancé en 2005 un vibrant discours qu’il a prononcé à l’université de Stanford. Relisez-le à haute voix. Partagez-le avec vos proches. Glissez-le dans la mémoire vive de votre Macbook Pro.

«Votre temps est limité, alors ne le gaspillez pas à vivre la vie de quelqu’un d’autre. Ne laissez pas le bruit des opinions des autres avoir le dessus sur votre voix intérieure. Et, le plus important, ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. Tout le reste est secondaire.»

Des comiques créatifs ont écrit toutes sortes de choses suite à la mort de Steve jobs. Je n’en retiendrai qu’une, vous l’avez tous déjà vue et comme nous sommes entre nous, je vous la laisse dans sa version originale beaucoup plus efficace : «10 years ago we had Steve Jobs, Bob Hope and Johnny Cash – Now we have no Jobs, no Hope and no Cash.»

C’est drôle. Mais ce n’est pas juste. Les messages que nous ont laissés Jobs et Layton nous disent le contraire: nous avons du travail, beaucoup, nous avons de l’espoir, parce que ces gens qui sont partis comptent sur nous pour que nous continuions leur œuvre et, enfin, nous avons beaucoup de richesses, et pas seulement dans notre sous-sol que le gouvernement Charest a donné à des compagnies étrangères.

Le problème c’est que la majorité des gens croient que ces richesses ressemblent à du cash alors qu’elles ressemblent à la vie.

Texte publié dans BRANCHEZ-VOUS.

Laisser un commentaire