Quand voulez-vous qu’on fasse la révolution?

L’hiver il fait trop froid. L’été, on est au chalet. La révolution, c’est bon pour les peuples oisifs dans les pays où c’est l’été toute l’année et il n’y a rien à la télé. Ici, on a d’autres choses à faire.

Ce n’est pas qu’on soit satisfait de nos dirigeants. Mais on ne peut pas dire que ce sont des tortionnaires, des dictateurs ou des bourreaux, surtout de travail.

Bien sûr, depuis quelques années, nous observons que nos élus oublient de plus en plus souvent le bien public et qu’ils donnent l’impression de travailler plutôt pour le bien privé d’une poignée de nantis. Oh, ils se gardent bien de l’avouer. Mais nous ne sommes pas encore complètement cons. Nous voyons bien que les profits profitent aux profiteurs et que les contribuables sont mis à contributions sans rétribution (si ça vous paraît compliqué, relisez à voix haute et vous verrez que c’est limpide comme une pétition de 250 000 signatures).

Nous sommes bien obligés de constater qu’au bout du compte de taxes, il y a plus de trous dans nos routes, plus d’attente dans les hôpitaux, plus de pollution dans notre air, plus de taxes dans nos produits, plus de travail pour moins d’argent et plus d’écart entre les riches et les pauvres.
Notre bon gouvernement nous fait aussi croire que s’il donne le sous-sol québécois à quelques uns c’est pour le bien à tous, que s’il passe une loi spéciale dont les procureurs ne veulent pas c’est pour améliorer leur vie et que s’il se moque d’une pétition signée par un quart de million de personnes c’est parce que lui, il sait ce qu’il fait.

Mais il n’y a pas là de raisons pour faire la révolution me direz-vous avec l’aplomb qui vous caractérise. Et vous aurez raison. Nous vivons dans un pays formidable, prospère et tranquille où on n’imaginerait jamais des dirigeants envoyer, comme en Afrique du Nord, l’armée dans les rues pour calmer nos ardeurs. De toutes façons, notre armée, elle est par là-bas, au Moyen Orient.

Chronique publiée dans BRANCHEZ-VOUS.com

Laisser un commentaire