Urbania: 10 ans à pleine dents!

baa0617cd56c11e2b4ef22000a1fbd4d_7

On vit d’impressions. On bâtit nos convictions sur le béton friable de nos perceptions. On pense et on agit sous influence.

Les médias et les diffuseurs de nouvelles ont des responsabilités et pas seulement envers leurs actionnaires. Quand une société est bombardée d’idées reçues comme des manifestants de gaz lacrymogènes, il ne faut pas s’étonner qu’elle ne voit plus très clair.

D’où l’importance d’avoir des médias diversifiés, indépendants et rigoureux.

Je répète: des médias diversifiés, indépendants et rigoureux.

C’est malheureusement de moins en moins le cas dans nos sociétés de plus en plus privatisées.

La Grèce a fermé cette semaine sa télévision publique. Ici (!), Radio-Canada est malmenée de tous bords tous côtés, les médias sont plus concentrés que le nouveau javellisant et les journalistes se font régulièrement les porte-paroles involontaires de communiqués de presse concoctés par des gosseurs de la langue de bois.

À force d’entendre toujours les mêmes infos formatées pour entrer dans le moule uniformisé des journaux télés, le téléspectateur/consommateur n’a plus beaucoup de choix pour se faire sa propre idée.

Heureusement, il y a des irréductibles comme Urbania. (Il y a aussi Le Devoir ou Nouveau Projet, mais, vous me connaissez, j’ai un parti pris pour le magazine de la rue St-Alexandre)

Ça fait déjà 10 ans que Philippe Lamarre et Vianney Tremblay, son complice de l’époque, ont lancé le magazine Urbania comme on lance un pavé dans la marre (!).

En 10 ans, le fanzine de graphistes est devenu un média multiplateforme et polycontenu respecté et envié. Vous m’excuserez si je suis dithyrambique et biaisé, je ne suis pas journaliste, je suis chroniqueur d’opinion… et mon opinion n’engage que moi.

Pour m’avoir donné la chance d’écrire ce que je veux et me permettre de partager mes coups de cœur comme mes coups de gueule, pour donner à des voix discordantes la possibilité de s’exprimer, pour l’audace d’inviter des plumes qui chatouillent notre confort, pour l’ouverture sur la différence et le regard qui dérange, pour avoir publié des lettres comme celles de Maryse ou de Sarah, pour le portrait sans concession des villes de la semaine, pour la créativité des couvertures, pour l’aventure, pour le design, pour les bières et les partys, pour les découvertes, les séances de brainstorming et les amis, merci Urbania.
BMwdrMLCUAEMnCf

Laisser un commentaire